Melle AGAR, Émile Rossignol et la villa « les oiseaux »

« Agar », de son vrai nom Léonide CHARVIN est née à Sedan le 18 septembre 1832.

Elle monte à Paris et commence une carrière dans le chant lyrique en 1858, jouant dans des petits cafés parisiens comme « Le Cheval Blanc ».

Elle est repérée par Achille Ricourt (1796-1875) : directeur de l’École Lyrique, le grand professeur d’art dramatique de cette époque, et un formidable découvreur de talents :

Il la prend sous son aile, décide de la former et de la faire appeler « Agar » :  nom de cette esclave égyptienne que Sarah offrit à son époux Abraham et qui fut la mère d’Ismaël.   

Le teint mat, les yeux noirs, le regard plein d’expression, les traits réguliers, le maintien sculptural, la débutante a, au physique, tout ce qu’il faut pour faire une tragédienne.

C’est d’après Melle Agar qu’Eugène Delacroix fit sa célèbre Gaule.

Théophile Gautier écrit : « …elle éveille vivement la curiosité. On sent qu’on a devant soi une chose rare, une tragédienne….

Elle lance en 1872 les tournées du répertoire classique. On la retrouve notamment à Boulogne sur Mer les 5 août et 5 septembre 1876.

Elle va ensuite, d’après un contemporain, « errer de chef-lieu en chef-lieu, courant après la fortune qui lui échappait toujours, ne se fixant nulle part, en proie à d’éternels besoins d’argent. Une fièvre spéculative l’avait prise et elle achetait des terrains sans être en mesure d’en payer les échéances… »

Nous allons également retrouver Melle Agar à Wimereux, où, de 1878 à 1886, elle va acquérir de nombreux terrains, pas loin de 2 hectares, et 3 maisons, biens qu’elle revendit entièrement en 1886.

Hélas, lors d’une représentation en 1886 au Théâtre des Gobelins, Melle Agar est frappée de paralysie. C’est alors que tous ces biens sont vendus, et il est intéressant de se pencher sur les personnes ayant acquis ces terrains, qui furent quelques temps entre les mains de Melle Agar :

-1917m² de pâture à Pierre Humbert, grand architecte parisien, qui y fera bâtir en 1893 la villa « Les Marguerites » qui existe toujours.

-1712m² de terrain, un jardin de 100m² à Émile Rossignol, négociant à Lille, qui y fera bâtir en 1888 la villa « les Oiseaux », quai Giard.

-1042m² de terrain le long du Wimereux, revendu à monsieur Destrez, de Bruxelles, qui y fera construire le chalet « Les Lyciets » en 1888, aujourd’hui la résidence « La Falaise » également quai Giard.

-1425m² de pâture à Me François Bary, notaire à Boulogne

Elle se réfugie alors à Nice en 1890, puis en Algérie l’année suivante afin de suivre son époux, devenu conservateur des antiquités africaines à Alger. Elle succombe le 14.8.1891 à Mustapha en Algérie, et est inhumée à Paris au cimetière du Montparnasse.

La famille Rossignol à Wimereux

À l’origine de l’achat des premiers terrains pour la famille, il y a Émile ROSSIGNOL. Émile est né en 1819 à Lille, d’un père liquoriste. Émile devient rapidement liquoriste, fabriquant de sirops et de liqueurs et vit à Lille rue des Augustins.

En 1845 à Loos Émile ROSSIGNOL épouse Flore LEFEBVRE, née à Lille en 1818 d’un père tonnelier : on reste dans la profession… Le couple s’installe rue des Augustins, et la famille va s’agrandir peu à peu :

On raconte qu’Émile a connu Wimereux grâce à l’ami de son père, Louis WATRIGANT. C’est bien Émile qui, le premier de la famille, achète des terrains dans la future station balnéaire renommée : peu avant 1886, comme nous l’indique le registre des archives départementales, 2087m² de « sable, sol et jardin » à une certaine Léonide CHARVIN, notre Mlle AGAR.  Après cet achat, il fait bâtir un chalet de 27 ouvertures entre 1886 et 1887 qu’il le nomme « Les Oiseaux », peut-être en référence à son nom de famille…  

Son frère Émile Alexandre ROSSIGNOL est le fondateur de la distillerie du Genièvre de l’Étoile au Marais de Lomme :

Son frère Auguste Antoine est lui aussi distillateur. Les fils d’Émile et de Flore ont donc une trentaine d’années et de jeunes enfants en bas âge lorsque leur père Émile fait bâtir « Les Oiseaux » : ces jeunes cousins germains doivent s’y retrouver et profiter des joies de la plage.

Émile ROSSIGNOL décède à Lille le 21 mars 1903, à l’âge de 84 ans. Ses propriétés sont partagées entre ses fils Auguste Antoine et Henri. Ce dernier revend à son frère le terrain de 706m². Auguste Antoine reste donc l’unique propriétaire du chalet « Les Oiseaux » et des différents terrains, au total 2280m².

Il fait l’acquisition vers 1906 d’un jardin de 693m², situé à proximité de son chalet, auprès d’Henri DESTREZ, propriétaire de ce terrain depuis 1886, qui appartenait auparavant à Melle AGAR.  Henri DESTREZ y avait construit le chalet « Les Lyciets », aujourd’hui appelé « La Falaise ».

Au décès d’Auguste Antoine ROSSIGNOL, ses biens sur Wimereux passent dans les années 1930 à son fils Jean-Gabriel ROSSIGNOL (1894-1957). Ce dernier est le père d’une nombreuse famille, issue de ses deux mariages, au total 9 filles. On raconte que là encore, la villa « Les Oiseaux » portait bien son nom, car « cela caquetait pas mal » !

Vers la vidéo du sketch

Un fameux cocktail ! 

Une villa à Wimereux bâtie en 1886 sur un terrain acheté à une célèbre actrice de cette époque, Melle AGAR par Émile ROSSIGNOL, lillois fabricant de liqueur, une villa qu’il baptise «Les Oiseaux», ses deux fils distillateurs spécialisés dans le genièvre, l’aîné qui fonde la distillerie ROSSIGNOL-LEFEBVRE « Genièvre de l’Étoile » à Lomme, et aujourd’hui encore, un cocktail dont voici la recette :

Le Rossignol
  • Temps de préparation
    5 minutes
  • Ingrédients
    Genièvre classique, vermouth blanc, tonic, glaçons.

Leave a comment

  • Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.