La lettre du dimanche du mois d’avril, réexpédition

A son apogée, Wimereux comptait près de 50 hôtels et pensions de famille. On venait à Wimereux pour respirer son air sain, pas pour se rendre à la plage. On ne cherchait pas à être proche du bord de mer, par contre, on aimait avoir une vue sur la mer, ce dont se vantait l’hôtel de Paris, situé face à la gare. Certainement, seules les chambres à l’arrière de l’établissement bénéficiaient d’une vue sur mer. Son gros avantage était sa situation face à la gare. On descendait du train et on y était.

Voici, en images, la démolition de l’ancien hôtel de Paris, devenu résidence, vidée de ses habitants il y a trois ans pour faire place à un nouveau bâtiment. Plus de cent ans d’histoire ainsi disparaissent mais d’autres images, plus anciennes de l’hôtel, prises au tournant du siècle, le train Renard datant de 1904, lui redonnent vie. En savoir plus

Adieu, l’hôtel de Paris

A son apogée, Wimereux comptait près de 50 hôtels et pensions de famille. On venait à Wimereux pour respirer son air sain, pas pour se rendre à la plage. On ne cherchait pas à être proche du bord de mer, par contre, on aimait avoir une vue sur la mer, ce dont se vantait l’hôtel de Paris, situé face à la gare. Certainement, seules les chambres à l’arrière de l’établissement bénéficiaient d’une vue sur mer. Son gros avantage était sa situation face à la gare. On descendait du train et on y était.

Voici, en images, la démolition de l’ancien hôtel de Paris, devenu résidence, vidée de ses habitants il y a trois ans pour faire place à un nouveau bâtiment. Plus de cent ans d’histoire ainsi disparaissent mais d’autres images, plus anciennes de l’hôtel, prises au tournant du siècle, le train Renard datant de 1904, lui redonnent vie. En savoir plus